Papoterie

L’IA et le graphiste : état des lieux en 2024

par | Mai 15, 2024 | Graphisme, Zoom

Depuis quelques années, l’Intelligence artificielle fait des avancées si fulgurantes que le grand public peut, au printemps 2024, l’utiliser gratuitement pour générer articles, illustrations, portraits, musiques et des voix de synthèse. La prochaine étape, la génération de vidéo, ne semble qu’à deux pas.

La frénésie que déclenche cette technologie – entre enthousiasme, doute et appréhension – est justifiée, notamment pour les acteurs des domaines créatifs, directement impactés. Ainsi, faisons un petit point : le graphisme et l’IA, en 2024 : quelle relation et quelles perspectives ?

L'interface de l'IA proposée par le site Freepik, Pikaso : une série de 8 "photos" très similaires est générée en réponse au prompt "man standing by the sea"
Ce service de génération d’image par IA appelé Pikaso est proposé aux utilisateurs Freepik.
Images générées avec l'IA Adobe Firely - un petit robot est au musée, puis il dessine sous un arbre et à un bureau
“Photos” générées avec Adobe Firefly avec les prompts : “a cute robot is watching paintings in a museum and taking notes”, “a cute robot is drawing with a tablet sitting under a tree in a park”, et “a cute robot is working hard at drawing tens of illustrations”.

IA et génération d’image

Comment ça marche ?

Bon, on ne va pas s’attarder sur l’aspect technique : beaucoup d’articles le font déjà de façon très précise et détaillée. L’intelligence artificielle est entraînée sur une base contenant une quantité pharamineuse d’images à en identifier les différents éléments : qu’est-ce qu’un coucher de soleil ? Une pomme ? Et ce en prenant en compte toutes les configurations et déclinaisons possibles. Grâce à cet apprentissage en profondeur (Machine learning, Deep learning), l’IA devient capable de créer des images de toutes pièces… enfin plus ou moins. Les pièces sont les milliers d’images qu’elle a analysées pour pouvoir créer à la demande de l’utilisateur, sur mesure, à partir d’une simple ligne de texte, le visuel parfait.

Pourquoi un tel engouement ?

C’est presque magique : Midjourney, Adobe Firefly, Freepik Picasso…. Chacun de ces outils de génération d’image est simplissime à prendre en main, rapide d’utilisation, et souvent gratuit, pour un rendu très convainquant. Pourquoi s’en priver ?
Cela permet de gagner énormément de temps en donnant une précision que les banques d’images ne permettent pas : quelle coupe de cheveux ? Quelle position ? Quel cadrage ? Quel arrière plan ? Pas besoin de photomontage ou de photographie sur mesure, l’IA répond à ces besoins en un tour de main.

Image générée par l'IA Adobe FIrefly : un robot se tient sur un podium, une armée de robots tient des crayons
“Photos” générées avec Adobe Firefly avec les prompts : “a cute robot is standing on a sports podium, it has a garland of flowers around its neck” et “an army of cute robots is holding pens and pencils in a victorious pose”.

Où est-ce que ça coince ?

L’esthétique “IA”

Trop beau pour être vrai ? C’est souvent l’effet « uncanny » produit par ces images générées par l’intelligence artificielle, surtout quand elle s’attaque au vivant dans un style réaliste. Des dents trop blanches et régulières, un regard gênant,une lumière digne d’hollywood… Souvent,  on s’attarde sur l’image, et un petit quelque chose ne va pas. Quand ce n’est pas un grand quelque chose : si l’IA commence enfin à proposer des mains convenables après des années à se heurter à cet écueil, elle proposera parfois des humains à trois bras ou aux jambes tordues. Oups !

Éthique et légalité

Au delà de l’insatisfaction sur le plan esthétique et celui du réaliste, il y a aussi quelques soucis éthiques avec l’IA. Sa relation aux créatifs interroge. Après avoir été biberonnée avec leurs créations – photographies et illustrations – parfois (souvent) sans permission explicite, va t-elle les remplacer ? Le capitalisme exacerbé va t-il mettre la machine aux manettes de la création et en exlure l’humain ? Possible ; c’est en tous cas la voie sur laquelle s’engagent certaines industries. Une fatalité qui révolte les créatifs qui peinent pour l’instant à faire respecter leurs droits et à s’imposer face à l’IA.
D’autres facteurs font un effet repoussoir, comme l’omniprésence et le renforcement de stéréotypes par l’IA. Le manque de visibilité qu’ont les opérateurs de ces machines sur leurs rouages internes est aussi un problème notoire.

Bref !

En tant que graphiste, cette technologie est très tentante et extrêmement utile dans des cas bien précis (urgences, contextes très spécifiques, style particulier, etc.). Mais c’est avec vigilance et précaution que l’on s’approprie ce nouvel outil. Il est en vérité plus utile associé à des pratiques sur lesquelles on garde un certain contrôle, comme le montage et l’édition d’images.

"Photos" générées par l'IA : un robot découpe des fleurs, un robot dessine un arbre
“Photos” générées avec Adobe Firefly avec les prompts : “a cute robot is cutting colored papers in flowers shapes” et “a cute robot is drawing a tree”.

La modification d’images assistée par l’IA

En revanche, là où l’IA est une alliée de taille pour le créatif, c’est quand il s’agit de lui faire gagner du temps sur des tâches techniques ou chronophages. Elle est notamment très efficace pour la retouche d’images existantes : le logiciel phare de retouche photo, Photoshop, inclut depuis sa version 2024 des fonctionnalités assistées par l’IA. Elle propose de rajouter de la matière sur des images au cadrage insatisfaisant, d’agrandir des petits visuels en évitant une pixellisation disgracieuse, ou d’ajouter des éléments à la demande (« Photoshop, ajoute un arbre en arrière plan ! »)

Ces fonctionnalités n’impactent que peu les platebandes du graphiste ; au contraire, elles lui permettent de gagner du temps et de se concentrer sur des tâches plus conceptuelles ou esthétiques que purement techniques. Elles lui laissent aussi un bien plus grand contrôle sur le rendu que la génération d’images en n’étant qu’une étape du processus et non sa totalité.

Images générées par Adobe Firefly : un robot monte un puzzle a vec une femme, un robot aide un artiste, un robot mélange des peintures
“Photos” générées avec Adobe Firefly avec les prompts : “a cute robot and a woman are building a puzzle together”, “a cute robot is helping and advising an artist who is workin at a desk” et “a cute robot is mixing paints”.

Les perspectives de l’IA

À moyen terme, on peut s’attendre à ce que l’IA continue à gagner du terrain dans le domaine de la communication visuelle, grâce à sa polyvalence, sa rapidité, sa facilité de prise en main et son moindre coût. Elle est de plus en plus présente dans les éditeurs de sites web, participant déjà activement à leur rédaction de contenu. La création et la structuration des pages – souvent déjà standardisées par domaine d’activité – est à portée de main.
Pareillement, l’IA pourra se charger de créer des logos, flyers, bannières et autres supports visuels à la demande.

Quelle place pour le graphiste dans ce cas ? Aux manettes ! Cette démocratisation des technologies de création n’est pas nouvelle, elle s’est seulement intensifiée : les ordinateurs personnels avec les logiciels de lise en page, l’application Canva, les app’s de retouche de photographies sur smartphone… Cette tendance des outils à devenir hyper accessible a plus de vingt ans. Le créatif se distingue par ses connaissances théoriques et stratégiques et par son expérience. Car encore faut-il savoir quoi demander à la machine : « l’intelligence » de l’IA n’est pas à la hauteur de celle du professionnel en matière de stratégie, d’esthétique et de cohérence visuelle.

Images générées par l'Ia Adobe FIrefly : un raobot en randonnée, un robot sur la plage

Pour aller plus loin

Les principes du design – La hiérarchie

Les principes du design – La hiérarchie

Pas besoin d'avoir peur, ici, la hiérarchie est votre amie ! En design, c'est une notion incontournable pour assurer confort de lecture et efficacité. Bien utilisée, elle a aussi des qualité esthétiques qui donnent force et caractère à n'importe quelle composition. La...

Les principes du design – La texture

Les principes du design – La texture

Tous les guides “tendances design de l’année à venir” vous le diront : en graphisme, la texture a le vent en poupe ! Quelle place pour elle dans les mondes du design graphique et de l’illustration ? À quoi sert-elle ? Quelles sont les textures les plus utilisées ?...

Les principes du design – La composition

Les principes du design – La composition

Que l’on travaille en print ou en web, sur une mise en page, une illustration ou de l’animation, la composition est un principe incontournable pour rendre une création lisible et lui donner du sens. Elle permet de créer un mouvement, une dynamique, et met en évidence...